,

Manifestations sociales au Brésil à un an du Mondial

Manifestations sociales au Brésil

Des centaines de milliers de personnes se sont réunies ce lundi dans des grandes villes du Brésil pour protester contre l’augmentation du prix du transport public, ainsi que les dépenses en préparation du Mondial 2014 de Football.

Les manifestations sociales qui avaient lieux dans un premier temps de manière pacifique, se sont transformés en véritables guérillas urbaines notamment à Rio de Janeiro où quelques dizaines de manifestants ont pris d’assaut le parlement.

Manifestations sociales au Brésil

Brésil sous tension des manifestations

C’est via les réseaux sociaux que les protestataires s’étaient donné rendez vous, et c’est plus de 200 000 personnes qui se sont réunies pour protester contre la hausse du tarif des transports publics, ainsi que des dépenses pour le Mondial 2014 de football.

Les villes de Rio, de Brasilia, de Porto Alegre, ou de Curitiba ont donc été des lieux de manifestations pour ces personnes confrontées à des difficultés sociales quotidiennes, et qui ne peuvent supporter des hausses de tarifs par ci par là, même si c’est pour le football… qui est Roi au Brésil.

En effet, les difficultés que connaissent les habitants sont légions depuis quelques temps, notamment l’inflation sur les denrées alimentaires qui font que la grogne est certainement légitime dans le pays.

Toutefois, les violences qui ont donné des images dignes des films de guérilla urbaine, ne sont l’oeuvre que de quelques dizaines de personnes qui sont même aller sur le toit du parlement pour faire entendre leur voix de manière peu orthodoxe, notamment en utilisant cocktails molotov et briques, avant de se faire déloger par les forces de l’ordre.

Le football n’est plus apaisant ?

Alors que l’on pourrait croire que le Brésil prépare la grande fête du football qu’est le Mondial 2014, et en pleine coupe des Confédérations sur le sol Brésilien, le peuple a montré à ses dirigeants qu’il n’était pas « mort », pour reprendre les mots d’un des manifestants.

Les Brésiliens aiment le football, mais dans un état en crise et où l’inflation ne cesse d’augmenter, les bouches se délient plus facilement et lorsque vous n’avez pas grand chose à manger, la moindre hausse tarifaire décidée par l’Etat peut vous faire enrager…

Le peuple (surtout les jeunes) réclament aussi des investissements dans la Santé et l’Education, scandant que le « Brésil n’est pas seulement le football » et qu’ils ont besoin de bien plus pour s’épanouir et progresser.

Ces manifestations sont les plus importantes depuis celles de 1992 dirigées contre Fernando Collor de Mello, l’ex Président, soupçonné de corruption, et la Présidente actuelle Mme Rousseff, devra donc prendre en compte les voix du peuple, surtout que sa côte de popularité a baissé pour la première fois depuis son élection en 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *