, ,

Internet : le FBI veut installer son cheval de Troie sur nos ordinateurs

fbi-internet

Le FBI, Federal Bureau of Investigations, ferait de la « mise sur écoute des internautes », sa priorité pour cette année selon les déclarations d’Andrew Weissman, le directeur du département juridique de l’agence gouvernementale.

Cela impliquerais donc que les constructeurs et autres fournisseurs de logiciels comme Gmail, Google Voice, ou Dropbox, devraient intégrer des failles spécifiques permettant donc au Bureau d’investigations d’espionner les communications de n’importe qui connecté au net.

fbi-internet

Le FBI et les internautes

Le 23 mai de cette année, le Président Obama déclarait que son administration réfléchissait à l’augmentation des pouvoirs de la police, notamment dans le secteur des nouvelles communications que compte l’internet (mail, chat, échange vocal avec Skype et autres logiciels, visio-conférence, etc…) puisque le téléphone n’est plus le seul moyen de communiquer.

De là, le FBI a donc fait de la « mise sur écoute » de l’Internet, sa « Top priorité » selon les propos rapportés par l’Agence France Presse aux diverses rédactions !

Le Bureau pourrait donc, si cette mesure venait à être finalisée, purement et simplement espionner ce que chacun fait sur son internet, les échanges quelqu’ils soient, et d’un côté plus pervers savoir ce que vous pensez sur tel ou tel sujet, de déterminer vos penchants politiques, vos sites pour adultes préférés, vos codes de banque… bref une véritable porte ouverte pour un cheval de Troie… légal !

Bien entendu, selon les forces de Police Américaine, cela devrait permettre la poursuite d’informations échangées par des terroristes, et donc protéger la population sur d’éventuel projet d’attentats, mais les dérives de ce genre de services, sont bien connues de tout le monde !

Les failles du système

Bien évidemment pour mettre en place une telle surveillance, il faut entrouvrir une porte dans les logiciels, ce qui bien évidemment représente un danger pour la sécurité des informations, car des hackers pourraient aussi s’engouffrer dans ces portes laissées ainsi sans protection, comme le soutien Joseph Hall, expert au Centre pour la Démocratie et la Technologie (CDT).

Il insiste sur le fait que ce seront les internautes respectueux de la loi qui seront les plus en dangers vis à vis des pirates qui pourront alors s’approprier toutes les informations des utilisateurs, grâce à une faille censée les protéger des terroristes…

De plus, le coût des modifications pour les constructeurs et concepteurs de logiciels pourraient faire baisser leur compétitivité, et dans ces temps de crise causer des pertes et donc des licenciements.

Du coup la faille du système, c’est peut être tout simplement le système lui même… défectueux fondamentalement selon Michael Beckerman, lobbyiste à l’Internet Association !

Internet Fraud du FBI : ICI!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *