, ,

Clément Méric est mort, 7 interpellations pour déterminer le responsable

clement-meric-mort

Clément Méric, jeune militant d’extrême gauche, est mort à 18 ans des suites d’un coup reçu lors d’une bagarre opposant son groupe d’amis et de militants à un groupe de skinheads à Paris !

Le jeune homme qui avait été conduit à l’hôpital dans le coma, n’a donc pas survécu à ses blessures, mais l’enquête suis son cours et 7 interpellations ont été menées par la Police, qui a déclaré détenir le principal responsable de la mort de Clément Méric.

clement-meric-mort

Mort pour appartenance politique ?

Le jeune Clément Méric était originaire de la ville de Brest, et vivait à Paris pour les besoins de ses études en Sciences Po, où l’émotion est grande suite au décès du jeune militant d’extrême gauche.

Ce serait à une vente privée que le groupe de Clément serait tombé sur des Skinheads, et ce serait reconnu et forcément « chambré », ce qui aurait eu pour conséquence l’expulsion du deuxième groupe de la vente en question.

A la sortie, les adversaires se seraient retrouvés en confrontations direct et une altercation physique se serait engagée alors, avec pour conséquence la mort tragique du jeune Clément !

Les idées politiques de chaque parties seraient donc le feu de départ à toute cette affaire opposant militants d’extrême gauche, à des opposants d’extrême droite formant le noyau dur des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (le JNR) !

Enquête sur la mort de Clément Méric

Les forces de Police ont déclaré avoir eu beaucoup d’éléments depuis le début de l’enquête pour arriver à l’arrestation de 7 suspects dans cette affaire, et affirment qu’elles ont dans leur locaux parisiens, le responsable direct de la mort du jeune Clément.

Les deux clans se lancent bien évidemment la balle affirmant :

– pour l’extrême gauche, que des militants d’extrême droite « armés » avaient « identifié » la victime et ses amis, et qu’à la suite de celà, des provocations ont été faites par les jeunes skinheads,

– pour l’extrême droite, que c’était les militants de l’Action Antifasciste Paris Banlieue, dont faisait partie Clément Méric, qui avaient commencé l’agression envers ses militants.

Une chose est sûre c’est que la qualification de l’homicide pourrait être agravé par le fait d’être en Réunion (être en groupe), et que peu importe la responsabilité de chacun, un jeune homme a perdu la vie.

La justice devra déterminer au mieux les faits pour déterminer exactement qui a porté le coup fatal au jeune homme décédé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière !

Réactions à la mort de l’étudiant

Ce jeudi, à l’annonce de la mort du jeune étudiant, l’Assemblée Nationale a observé un moment de recueillement, respecté par tous les élus présents, mélangeant tristesse et indignation.

Le Président de la République, François Hollande, a condamné fortement cette agression, alors que le Premier Ministre a quand à lui souhaité que le gouvernement trouve des solutions pour démanteler les groupuscules d’extrême droit comme l’est le JNR !

Jean-Luc Mélenchon, principal adversaire de l’extrême droite et de sa présidente, a bien entendu profité de l’occasion pour déclarer que cette bagarre était la conséquence

« d’une culture méthodiquement inculquée et entretenue par des groupes d’extrême droite. »

Le Front National, impliqué indirectement, a affirmé via sa Présidente, Marine Le Pen, n’être en rien derrière cette affaire, en qualifiant ces actes « d’inadmissibles, et d’insupportables ».

Un jeune homme est mort, et peu importe la raison, c’est forcément une « mauvaise raison » !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *